Samedi

Ce matin, dans la file de la cantine, la rumeur se faufile : « T’es au courant pour Marilyn ?
T’es au courant ? »
Je ne sais pas qui est Marilyn mais j’imagine tout de suite que c’est cette fausse blonde avec les lunettes de soleil de mouche. Cliché peut-être, mais bon je décide que c’est elle….

Gros seins, cuisses de mouches flasques, robes en synthétique imprimées panthère ou zèbre ou les 2 mélangés. Spartiates dorées, chaîne de cheville, Cheveux courts, gras, retenus par les lunettes de soleil, couleur approximative.

Normal… elle est en dépression !

Elle a une tête de prof usée et se balade toujours avec trois types en bermuda et gros bide, qui lui allument ses mentols ou lui portent son café. Depuis le début je me demande si elle se les tape, un ou les trois ! Mais vu la charge sur leur plateau pharmacie 3 fois par jour, l’érection n’est pas acquise. Même pour une Marilyn !

Ils doivent se limiter à des chouilles à la cristalline ou à la tisane ; les 2 produits de luxe de ceux qui ont une bonne mutuelle. Comme c’est pris en charge pour certains, il semble qu’un gros deal de cristalline existe dans les couloirs de l’aile bleue… A voir….Filière MGEN peut être?

 

Donc ce matin, juste avant la sonnerie de 8h annonçant la ruée vers le pain rassi et le laitage sur prescription, Marilyn est au centre de la conversation.

Une dame, assise sur son déambulateur avec des lunettes roses, des frisettes année 80 et des jolies tâches de rousseurs, nous annonce qu’à 2h30 cette nuit Marilyn « s’est faite encastrée par un monsieur « . C’est quelqu’un de l’aile jaune qui lui a dit, donc c’est du sûr. Les yeux de miss Michel et de Gru s’encanaillent instantanément.


– « Encastrée  » tu dis !
– oui oui Encastrée
– mais ça veut dire quoi pour toi ?
– bah…. Encastrée  quoi !


Et là elle mime un beau direct du gauche vers Gru.
Quelle déception ! Rien de salace, juste Marilyn, la chieuse, s’est pris un pain.

Enfin peut-être, car d’un seul coup personne ne l’aime dans la file. C’est une mytho, pas sympa. Et chacune d’y aller dans le Marilyn bashing…du fameux jour où elle n’a pas ramené la thermos de café de la terrasse..
Mais la sonnette tant attendue a retenti et Marilyn est vite oubliée dans la course aux croissants et à l’eau chaude.

 

Dimanche matin

Pour affirmer ma nouvelle posture de badass je mets une robe et je teste à peu près tous les fards que maman a apporté hier. Ne pas me parfumer me manque. Heureusement mon lait corps sent bon, alors je tartine régulièrement bras et décolleté pour cette odeur de fleur d’oranger.

Ce matin, j’étais prem’s au petit dej’ car je crève de faim ici.
Prem’s avec Gru et miss Michel, qui a toujours un immense sourire sous sa frange et ses immenses lunettes.
Gru a une petite fille de 6 ans et un fiancé depuis 1 an. Ce n’est pas le papa mais tout se passe bien. A midi il vient manger avec elle!
Ce matin miss Michel a félicité Gru sur sa robe aux couleurs d’été. Je ne lui connais que celle là depuis 3 jours.

Gru a répondu qu’elle amenait le soleil qui n’était pas dehors. Elle l’a dit 3 fois… Et moi, toujours LDP, j’ai pensé qu’elle amenait aussi l’odeur qui n’était pas dehors.
Mais je m’attache presque à ces gens, qui me font moins peur.

C’est dimanche et nous avons droit à un croissant. La dame devant moi demande un laitage et un sachet de thé. Je m’empresse de faire pareil avec mon meilleur sourire… Ah non ! Les laitages sont des prescriptions du psy… Bon j’ai toujours gagné le thé par rapport à hier. Mais si je demande un yaourt à la place du Xanax à Corneliu, mon psy, il risque de mal le prendre.

 

Dimanche midi

Gru a fait une entrée triomphale au bras de son fiancé. Ils ont traversé la salle comme à un repas de noces pour s’installer au milieu à une table de 2 personnes, luxe et privilège, avec un petit paravent offrant un semblant d’intimité.

Je ne retrouve plus le nom de l’acteur américain à qui ressemble M. Gru….

Ah oui John Goodman . Quand il était jeune, les cheveux en brosse.

Ensuite ils ont dégusté leur repas du dimanche, sans se parler, sans même se regarder ni se toucher. L’amour, le vrai, celui de la charcuterie et du poulet du dimanche. Pas une niaiserie de belle du seigneur…. 

Je viens d’apprendre que c’était mon dernier repas. Angie l’infirmière m’annonce que je peux partir cette après-midi . Nous discutons et elle est tellement plus pertinente que le psy. Cette fille m’a écoutée et un peu comprise. Elle ne me juge pas. Elle fait bien son boulot Angie mon ange black au bandeau noir, pour un salaire ridicule sûrement à côté de Corneliu le psy  à chemise blanche et BHL style.

 

Je vais partir sans dire au revoir, sauf à Angie. Je suis arrivée sans dire bonjour.

Quelle claque ma Fran !

Une étape. …qui va ouvrir un nouveau chemin.

L’ouragan est passé maintenant il faut reconstruire, nettoyer, renforcer….

 

Le combat continue et CARPE DIEM….

Fran