J’ai découvert le sport a 40 ans. Il était temps, vous me direz, mais mieux vaut tard que jamais. Ouh … la belle entrée en matière bateau. Mais ou veut elle en venir ?

J’ai testé les salles de sport, l’aquagym, la zumba, le ski  et je me suis mise à la course à pieds. J’ai adoré tout ça. Pourquoi est-ce que j’ai attendu tant d’années ? Pourquoi ai-je cru si longtemps que le sport n’était pas pour moi ? Maintenant, je ne peux plus m’en passer.

Alors si j’ai juste un petit conseil, si comme moi vous êtes convaincues, que non non non , le sport c’est pas possible. ESSAYEZ ! Avant toute chose, c’est du temps pour soi, donc rien que pour ça, ca vaut le coup d’essayer.

Parmi tout cela, ma plus belle révélation ce fut le pilates.

Le Pilates, c’est quoi ?

Joseph Hubertus Pilates

C’est une méthode inventée par un allemand Joseph H. Pilates (1883 – 1967) dans la 1ère moitié du XXème siècle.

C’est un nom propre, donc c’est pour ça qu’on dit “le” et qu’il y a un “s” au bout !

Joseph Pilates est un enfant de santé fragile, qui souffre d’asthme et de rhumatisme articulaire. Il étudie alors l’anatomie pour mieux comprendre son corps malade et le faire progresser. Émigré en Angleterre, il est fait prisonnier pendant la première guerre mondiale et interné sur l’île de Man. C’est là qu’il posera les fondement du Pilates. Il conçoit et enseigne des exercices de gym pour les autres prisonniers.

Cette méthode est basée sur la respiration et l’engagement du centre (plancher pelvien et adbo transverse).

La respiration se fait par le diaphragme, on ne gonfle pas le ventre et on ne soulève pas les épaules. C’est une respiration latérale thoracique

Les mouvements se font à partir d’une position neutre qui respecte la physiologie de chacun.

 

Une autre approche

J’étais habituée aux séances de body pump avec musique à fond, rythme soutenu et tout en force. A ma 1ère séance de Pilates, j’avais l’impression de ne rien faire. Déjà, c’était difficile d’abandonner ma rétroversion du bassin, qu’on me serinait depuis des années dans toutes les salles de sport. Il faut arriver à trouver le “neutre”, c’est à dire une position naturelle du bassin, de la colonne et des épaules. Après quelques cours, ça devient très naturel.

Il y a peu de répétition. Là encore, on se dit “trop facile”, mais non ! Il faut bien se concentrer et se caler sur sa respiration. Parfois au bout de 4 répétitions , on est mort !

Ensuite, on enchaîne un mouvement qui n’a l’air de rien, mais que je n’arrive pas à tenir. “Engage plus ton centre”, me dit la prof. Et là, je prends conscience que si je contracte bien mes abdos j’y arrive.

Après les cours, il n’y a pas de courbatures, mais la sensation que les muscles ont travaillé.

Concentrée sur ma respiration pendant 45 minutes, je ne pense plus à rien d’autre qu’à ce que je ressens. En sortant, c’est comme si j’avais fait un reset mental : le stress et la fatigue sont évacués pour quelques heures.

 

La réconciliation avec son corps

On gagne de la souplesse entre le début et la fin de la séance. J’ai réussi à y emmener mon mari et maintenant il est accro. Lui, qui était raide comme tout, a beaucoup gagné en souplesse. C’est très agréable de partager un même cours de sport, un temps pour nous deux.

Séances après séance, la posture s’améliore. Les  abdos sont renforcés en profondeur. Ça ne fait pas des tablettes de chocolat, mais un ventre et une taille affinés. Grâce au Pilates, j’ai découvert mes abdos profonds.

On travaille la posture et les muscles profonds. Il n’y a pas forcément de perte de gras, mais on obtient des muscles étirés et affinés (pas de gonflette).

Comment débuter le Pilates ?

Pour qui ?

Il y a plus de 500 mouvements différents, donc on peut y trouver son compte quelque soit l’âge, la forme physique et les bobos dont on souffre : mal de dos, tendinite, douleurs articulaire. Mon mari, qui a chroniquement mal au dos, a réussi grâce au Pilates à se remuscler le dos et à diminuer sensiblement sa consommation d’antalgique. Il y a des cours de Pilates “Spécial dos”. Il existe aussi des cours dédiés aux femmes après une intervention suite au cancer du sein.

Vous n’avez aucune excuse pour ne pas essayer.

Comment choisir son cours de Pilates ?

Il n’existe pas de fédération ou d’organisation officielle pour le Pilates en France. Donc aucune référence officielle ne peut être un critère de choix.

Pour moi, il y a 2 critères importants :

  • Le prof : il corrige, repositionne et adapte les mouvements en fonction de chaque personne. Surtout au début, avant de bien ressentir son corps, il est très important d‘être bien corrigé dans sa posture.
  • L’effectif du cours : certains clubs de fitness propose des cours de PIlates où vous vous retrouvez à 25 ou 30 personnes. Même le meilleur prof du monde ne peut pas vous corriger individuellement. Même si vous avez un bon niveau de sport, vous ferez des erreurs et ne progresserez pas comme vous pourriez. Il est indispensable de choisir un cours avec un petit effectif (max 15 personnes).

Alors n’hésitez pas à faire un séance d’essai et voir si le courant passe. Il y a des tas de formules différentes : juste au tapis de sol, avec des accessoires (ballons, ring etc…), sur une machine. Enfin, vous avez l’embarras du choix.

Oui, oui, le Pilates rend le monde meilleur parce que chaque séance nous fait du bien et nous rend meilleur (petite maxime moralisatrice de fin d’article !)

Allez-y, essayez et dites moi !

Crédits photos : Moose