Nous voilà en Décembre, la fin de l’année dans quelques jours. Et puis on rattaque une nouvelle année, avec une petit gueule de bois pour certains, mais l’heure de bonnes résolutions approche. Ta da…

Faire du sport, arrêter de fumer, perdre du poids, changer de boulot …  les marronniers du mois de Janvier.

Pourtant tous les ans, on essaie ! On tient 15 jours, un mois pour les plus motivés et puis pouf… fini. C’est juteux pour les gérants de salle de sport qui ont empoché ton inscription pour l’année, alors que tu n’y mets plus les pieds, mais pour ton moral : bof bof…. On se cherche une bonne raison pour se justifier, genre “j’aimais pas la couleur du carrelage dans les douches” (#mauvaisefoie) et puis hop..on passe à autre chose.

 Pourquoi ? parce que ces bonnes résolutions ne sont que des fantasmes en fait…..inatteignables. Une sorte de miracle, il suffirait d’y croire et puis wizzzz ! Mais les miracles n’existent pas. Déçu ? Faut pas….

Tu connais les objectifs SMART (spécifique, mesurable, acceptable, réaliste, temporel) ? Et bien la bonne résolution ne rentre pas la dedans du tout !

 Alors si au lieu de prendre de bonnes résolutions on posait nos intentions ? Ca te dit ? Allez essaie pour cette année !

 

L’histoire

Avant de se creuser les méninges, je sais maintenant on dit brainstormer, mais je suis encore très 20ème siècle ! Donc, avant cela, j’aime bien savoir d’où viennent les choses.

A Babylone (dans les 600 ans avant JC quand même),  la coutume voulait que chacun rembourse ses dettes ou rende ce qu’il avait emprunté pour la nouvelle année. Cette pratique visait à assurer la cohésion sociale.

Par la suite, on retrouve l’équivalent chez les romains dans la promesse à Janus. Janus était le dieu aux 2 visages : l’un tourné vers le passé, l’autre vers l’avenir (rien à voir avec le dieu multi-face de Game of Thrones, quoi que …). Donc Janus était le dieu du mois de janvier, 1er mois du calendrier romain. C’était donc l’occasion, cette promesse à Janus, de faire le  bilan de l’année passé et les projets pour l’année à venir.

 Donc nos bonnes résolutions viennent de la nuit des temps.

 

Les définitions

résolution (Larousse)

  • Action de résoudre un problème, une difficulté : « Résolution d’une question de procédure. »

  • Acte par lequel, après réflexion, on décide volontairement d’accomplir quelque chose : « Prendre la résolution de ne plus boire. »

  • Attitude, disposition d’esprit, qualité de quelqu’un qui ne se laisse pas détourner de ses entreprises : « Montrer une résolution à toute épreuve. » 

C’est assez binaire : j’y vais ou j’y vais pas.

Pourquoi ? Comment ? On ne parle que du résultat, de la finalité. C’est dur, âpre, violent presque. Inconsciemment, tu te mets la pression, tu te fixes des objectifs stressants.

 

Maintenant si on regarde du côté des intentions.

 

intention (Larousse)

 

Disposition d’esprit par laquelle on se propose délibérément un but ; ce but lui-même : « Mon intention première était de le persuader de partir ».

 Dans l’intention, il y a la notion de chemin à parcourir, de croissance, de progrès, d’aller vers une meilleurs version de moi même . Et là je te rappelle cette phrase de Confucius (pas tout jeune non plus !)

« Le bonheur ne se trouve pas au sommet de la montagne, mais dans la façon de la gravir »,

 

 

Les bonnes résolutions : NON – Les intentions : OUI

 

C’est quand même mieux de se dire “je vais prendre soin de mon corps” que “je dois impérativement perdre 10kg”. Si je veux juste perdre du poids, je vais vraisemblablement maltraiter mon corps pour atteindre mon objectif. Et puis ensuite, je vais tout reprendre, parce que mon corps, forcément, va se rattraper d’une façon ou d’une autre.

Alors que si je m’engage à prendre soin de moi, je vais sûrement perdre du poids car ça fait parti du chemin vers une meilleure santé. Mais ce sera dans des conditions complètement différentes. J’aurai essayé de comprendre ce qui dysfonctionnait dans ma prise alimentaire et agit sur ces différentes causes. Sans passage en force, sans agression vis à vis de mon organisme. Là, il y a toutes les chances que ce soit gagnant / gagnant : pour mon moral et pour mon corps !

 

Il faut arrêter d’arrêter

 

C’est la première chose : la formulation est importante. On ne dit plus, je veux arrêter de ….

Arrêter c’est négatif : une fin, un mur, rien.

On est loin de la pensée positive ! 

Si on veut changer, il faut y aller pas à pas, mesurer le chemin parcouru, plutôt que s’imposer un défi d’emblée. La probabilité de réussite est bien plus grande. C’est moins stressant et pesant.

 

Sois sympa et respectueux avec toi même : planification et réalisme

 

Il faut être réaliste et tenir compte de ses envies et de ses contraintes. Il vaut mieux décomposer ton objectif en étapes pour être sûr de l’atteindre, que de tenter l’Everest dès le 1er jour.

Par exemple, si tu veux te mettre à la méditation (c’est mon cas), n’essaie pas de te libérer 1h tous les jours pour méditer. Il y a toutes les chances qu’au bout d’une semaine, un  jour tu n’ai pas le temps, puis un deuxième, puis finalement tu laisseras tomber.

Établis déjà une routine de 5 à 10 min par jour de respiration en conscience ou de cohérence cardiaque. Ensuite tu pourras passer à l’étape suivante.

 

Comment poser ses intentions

 

1 – Le bilan

Comme les romains, il est bon de prendre un peu de temps pour faire le bilan de l’année écoulée. Bilan, donc ce qui a marché et ce qui aurait pu être mieux. Sois factuel, précis, ne te voile pas la face. L’objectif n’est pas de se faire du mal, mais de pouvoir construire et avancer sur des bases solides. Il faut donc identifier les zone d’inconfort sur lesquelles on peut progresser pour aller mieux.

 

2 – Définir ce que je veux

Ensuite, tu te demandes ce que tu veux vraiment, pour toi . Pas pour tes enfants, ton boulot, ton mari, non juste toi. Ca a l’air simple comme ça, mais en fait non. Nous sommes tellement habitués à faire passer tout un tas de personne avant nous que cet exercice demande un réel effort.

 

3 – Ecrire pour fixer les choses / afficher / dire

Ça ne doit pas rester dans ta tête. Ecrire ou dire les choses, ça t’engage, ça les matérialise, ça te mobilise.

Peu importe le support : ton bujo, ton journal intime, ton blog, une feuille word….

 

4 – Comment : les moyens

Une fois que je sais vers où je veux aller, je mets en face les moyens pour y arriver. C’est là qu’il est important de planifier et d’y aller pas à pas pour, ne pas se crasher au bout de 15 jours. Oui, il faut être SMART (spécifique, mesurable, acceptable, réaliste, temporel).

 Attention, tout cela ne se fait pas en 5 minutes. il faut laisser reposer et mariner entre les étapes, histoire que ton inconscient bosse et intègre.

Mais une fois que c’est fait, tu as une base, une direction pour ton année. Le plus important, tu pourras à chaque étape mesuré le chemin parcouru. Cette orientation, ce plan pour l’année, c’est incroyablement sécurisant. 

Une chose est sûre, si tu ne sais pas où tu vas, tu ne risques pas d’y arriver !(comme au loto, si tu ne joues pas, aucune chance de gagner!).

Essaie de faire cet exercice, de poser tes intentions pour l’année à venir et tu verras comme c’est réconfortant de savoir où on va et de suivre ses progrès.

 

Mes intentions pour l’année à venir sont :

  • ENTREPRENDRE
  • CONFIANCE EN SOI
  • PLAISIR

 

Et toi ?

Je serai très heureuse de lire les tiennes en commentaire. 

Très belle année à toi .

 

 

Blog my 50 | 50 ans? Et si on le prenait bien !

Pour être informé(e) des prochains articles, c'est là👇

Tu pourrais aussi aimer ….