Nan, mais n’importe quoi ! Tu es folle ! Un tatouage c’est pour la vie. C’est sûr, tu vas le regretter. A ton âge !!! Pourquoi faire ?

Voilà un petit échantillon de ce que j’ai entendu quand j’ai annoncé que j’allais me faire tatouer.

Je peux te dire que des doutes j’en ai eu, au début surtout.  Mais, j’avais juste le sentiment qu’il fallait que je le fasse. Je ne saurai pas trop bien expliquer pourquoi. C’était comme ça. J’en avais besoin !  

Si tu as une envie de tatouage, un conseil : n’écoute pas ce qu’on peut te dire.  Un tatouage est un magnifique projet pour soi. Ne laisse personne  t’influencer, car il n’y a que toi qui le porteras. Construis ton projet à ton rythme. Pour cela, il faut bien laisser mûrir le fruit.  Si tu réponds aux  questions suivantes, tu seras sûre de ne pas te tromper. 

1 – Pourquoi un tatouage ?

Pour répondre à tous les ronchons et empêcheurs de tatouer en rond, j’ai cherché tout un tas de raisons pour me justifier et j’ai eu tort ! J’ai lu de nombreux articles qui disaient qu’il fallait que cet acte ait un sens, une signification. Oui ma bonne dame, on ne se tatoue pas impunément !

Le doute était de plus en plus grand. Le sens, oui bof, ce n’était pas évident comme ça. Je n’avais pas non plus envie de faire une analyse pour expliquer ma démarche.

Et puis j’ai eu mon premier rendez-vous avec le tatoueur et il m’a dit :

“Laisse tomber le sens, en avoir envie et se faire plaisir, c’est la meilleure raison !”

A partir de là, tout s’est débloqué dans mon crâne tourmenté. J’ai pu me consacrer au processus créatif, au lieu de chercher une justification mystico-existentielle.

Il est très possible aussi de vouloir se tatouer pour marquer un événement très particulier. Dans ce cas, il y a du sens. Et il est important d’en parler au tatoueur. Mais je veux juste rassurer les autres, ceux qui en ont juste envie, c’est possible aussi !

2 – Quel motif pour mon tatouage ?

Ok j’étais libérée de ma quête de sens, mais ce n’était pas fini pour autant. L’étape suivante dans la construction du projet est la recherche du motif. J’étais sûre de ce que je ne voulais pas, c’était déjà ça. Je voulais quelque chose de botanique, mais quoi ?

A moins que tu n’ais une passion depuis toujours pour un truc bien particulier, la recherche est longue.

Je te conseille de stocker un maximum d’images sur internet ou sur d’autres supports.Tu tapes tatouage “ton idéedemotif” femme sur google et tu cherches. II ne faut pas chercher que des images de tatouages d’ailleurs. J’ai ressorti ma vieille flore de quand j’allais encore à l’école, j’ai enregistré des dizaines de photos de feuilles et de fleurs. Régulièrement je passais en revue ma sélection et je refaisais un tri. Le processus est long mais il faut prendre le temps de faire cette recherche.

Au bout d’un moment, la collection d’images s’affine. Le but n’est pas forcément de ne garder qu’un seul motif, mais d’aller chez le tatoueur avec un nombre raisonnable de modèles (20 maxi). Le plus important est de savoir expliquer ce qui nous plait dans chaque modèle : la forme, la couleur, un petit morceau par ci, par là.

Méfiez-vous des motifs à la mode : la mode change, votre tatouage va rester !

3- Où ? Quelle partie du corps pour un tatouage ?

Le motif c’est bien, mais ça dépend beaucoup de l’endroit où on veut mettre le tatouage. La recherche du motif se fait en parallèle de la recherche de l’endroit où on va le mettre.

Comme je l’ai dit en intro, le tatouage est un acte très personnel et intime. La partie du corps où on va l’apposer dépend de plusieurs critères :

  • qui peut le voir : toi, les autres ou tout le monde ? Est-ce que ton tatouage est visible en permanence (main, visage) ou seulement par moment (bras, épaule, mollet, nuque) ou uniquement dans l’intimité (poitrine, côtes, bas du dos)
  • la sensibilité de la zone : il y a des zones où cela fait mal, voir très mal. La douleur est supportable. Mais nous ne sommes pas égaux face à cela. Pour un tatouage long, avec beaucoup de détails, cela peut être difficile à supporter sur une zone très sensible (une illustration de la sensibilité des parties du corps)
  • le vieillissement de la peau dans cet endroit :  toutes les parties du corps ne sont pas égales face au vieillissement. Il faut penser à l’exposition au soleil, à une éventuelle prise de poids (ou perte de poids aussi).

Une fois que tu as répondu à toutes ces questions, tu dois être au clair avec ton emplacement. Rien n’empêche de prendre un crayon khôl et de se faire un dessin sur la (les) zone(s) retenue(s) pour avoir une idée du résultat.

4 – Comment choisir son tatoueur ?

Là encore le choix doit être personnel. Ce n’est pas parce qu’un(e) pote te recommande son tatoueur qu’il faut y aller absolument. Les tatouages en vacances ou sur un salon ne sont pas des bonnes idées non plus. Il faut vraiment que ton projet soit mûrement réfléchi. Un tatouage sur un coup de tête risque fort d’être vite regretter.

 

Pour le tatoueur, il faut :

  • consulter ses réalisations dans son book : il faut impérativement voir ce qu’il a fait, qui soit dans le style que tu recherches. L’idéal est même de pouvoir discuter avec d’autres clients.
  • connaître sa spécialité : il faut que ton projet soit raccord avec son univers. Tu peux aborder ce point lors de la première rencontre.
  • savoir s’il sait dessiner ou juste faire du décalco ? Le bon tatoueur est un artiste. Il doit pouvoir te conseiller sur la finalisation du motif et créer pour toi un dessin original.
  • évaluer l’hygiène du salon de tatouage : tu dois être rassurer sur cet aspect là. Poses toutes les questions nécessaires lors du premier rendez-vous. Le tatoueur doit impérativement sortir les aiguilles de leur emballage devant toi.

Dans tous les cas, il faut que le courant passe entre le tatoueur et toi. Plus tu auras confiance et plus tu sera sûre de toi et détendue, moins tu auras mal !

Là encore, dans le choix du tatoueur, il ne faut pas se presser. Il faut prendre le temps de les rencontrer et choisir celui qui te convient. Mieux vaut attendre 6 mois pour avoir le tatoueur adapté à ton projet, que d’en choisir un autre juste parce qu’il peut te prendre plus vite.  

Je sais que quand on a pris sa décision et qu’on sait ce qu’on veut, on voudrait l’avoir tout de suite. Mais non ! Pour le tatoueur, tu n’es qu’une photo de plus dans son book, pour toi, c’est un engagement pour la vie ce tatouage.

 

Pour plus d’info, le SNAT : syndicat national des artistes tatoueurs a rédigé une charte d’hygiène. Sur leur site, tu trouveras toute l’actualité du tatouage, notamment concernant l’évolution de la réglementation en matière d’hygiène.

 

5 – Un tatouage à quel prix ?

Le prix dépend de plusieurs paramètres :

  • la taille et la complexité du dessin : donc du temps passé par le tatoueur.
  • la zone : il y a des endroits plus difficiles à tatouer que d’autres.
  • la notoriété du tatoueur

Méfies-toi des tatouages pas chers. Je me répète, mais tu t’engages pour la vie. Alors cela mérite un investissement. A mon sens, le prix ne doit pas être le critère de choix. Il rentre en ligne de compte, c’est évident. Mais encore une fois, mieux vaut attendre d’avoir le budget, que de faire réaliser quelque chose qu’on va regretter.

6 – Quand faire son tatouage ?

Il ne faut pas être pressé. C’est vraiment le maître mot. 

1 tatouage = pas de baignade + pas d’exposition au soleil 

Si le tatouage est sur une zone qui sera exposée au soleil, mieux vaut attendre l’hiver. Tatouer sur la peau déjà bronzée (au retour de vacances) n’est pas idéal non plus, car elle est plus épaisse et va desquamer.

Qui dit tatouage, dit écran total à vie ! 

On est aussi dépendant des disponibilités du tatoueur. Celui-ci doit pouvoir te conseiller sur la meilleure période en fonction de tes projets de vacances ou tes activités sportives.

Conclusion

Si tu as une envie de tattoo, construis bien ton projet. Ne te laisse pas influencer : c’est TON TATTOO A TOI. A une autre époque, on aurait dit : “ton corps t’appartient” !!! On ne se tatoue pas juste parce sa copine l’a fait (ou alors on regrette !)

Même si tu as tout bien préparé, il est normal à l’approche de la séance de flipper un peu. Se faire tatouer la première fois implique de se jeter à l’eau et un peu de lâcher prise. Jusqu’au bout il y aura des doutes, et c’est normal.

Par contre, si les doutes et le stress sont trop forts, mieux vaut reporter.

 

Si tu veux partager ton expérience ou tes doutes, n’hésite pas à commenter. Je serai heureuse d’échanger avec toi.