3 nuits sans pouvoir dormir

3 jours un peu difficiles

3 jours sans sortir de la maison

Mardi matin, il fait beau, un soleil froid de novembre, j’ai envie d’aller respirer dehors. Je deviens folle à l’intérieur, aussi spacieux soit-il. Mon crâne est comme une chambre qui n’a pas été ouverte depuis 3 jours. L’air devient irrespirable.

En tant normal j’irai courir, mais mon corps n’est pas trop d’accord ce matin : il est fatigué. Pour une fois je l’écoute.

Alors, baskets, gants, écharpe, bonnet et c’est parti pour une balade le long de la voie verte du canal de la haute Seine.

Il est tôt, il y a encore des écharpes de brume qui flemmardent près de l’eau.

Le soleil d’automne est blanc et froid.

Il n’y a presque plus de feuilles sur les arbres. On est passé dans la partie morne de l’automne. Finis les rouges et les jaunes d’or flamboyants , le règne du gris marron , du fané et du putréfié est arrivé. L’air est humide et sent la terre.

Je n’attends rien de cette sortie,  juste une pause une aération.

Les chardons se dressent agressifs, tranchés et moyenâgeux . Il y en a partout, certains plus hauts que moi. Ils forment une sorte de rempart sur lequel la brume s’effiloche. Ils sont assez majestueux finalement , limites hautains.  Mon esprit, encore confus et ralenti par ces nuits sans sommeil, apprécie la netteté de leur découpe. Bizarrement ils me font penser aux gardes royaux de Games of Thrones !

Petit à petit mon œil s’affine et repère des notes de couleurs.

Comme le brouillard se dissipe doucement, ma tête s’éclaircit de concert. Les idées me viennent, pour un nouvel article, pour un futur projet, un cadeau de Noël , un dessert pour ce soir. Cette promenade me réveille, me sort de la torpeur de l’insomnie.

Je ressens physiquement le démarrage de mon corps. Comme lorsque j’allume mon PC, les fonctions s initialisent les unes après les autres :

Mes jambes s’assouplissent et sont moins engourdies.

Mon dos et mes épaules se redressent.

Mes muscles se contractent.

Je me réconcilie avec ce corps qui n’a pas voulu dormir. Je me connecte à la nature autour de moi.

Mon attention est retenue par tous les détails de ce qui m’entoure

Cette odeur de terre froide et humide qui se réchauffe au soleil devient familière.

Je perçois le bruit de l’eau qui bute sur un tronc dans le canal juste à côté.

Le tag sous le pont de la rocade m’encourage.

Je suis prête pour cette nouvelle journée , décidée , vivante.