Les bonheurs du mois – #7 – Mai 2019

Les bonheurs du mois – #7 – Mai 2019

Mai…le mois des ponts et viaducs… le mois de l’année qu’on ne voit pas passer.

Je n’aime pas trop le mois de Mai. 

Il est toujours décousu, difficile de trouver son rythme.

Il est souvent riche en repas de famille qui sont des moments un peu difficiles pour moi.

C’est aussi le mois de l’anniversaire de mon père, qui n’est plus là.

Heureusement que ce post s’appelle « les bonheurs du mois », je commence par tout ce que je n’aime pas dans ce mois de Mai. 

Voilà, maintenant que c’est posé, passons aux belles choses !

Cette année, Mai  a été un mois magnifiquement riche.

Riche en émotions, en découvertes, en espoirs…

 

1 – La tarte à la rhubarbe

 

Mai c’est le retour de la rhubarbe.

Elle ressort de terre, comme ça, sans qu’on s’en occupe, sans aucun soin particulier.

La voilà qui repointe ses gros bourgeons rouges, qui vont devenir des feuilles et des tiges bien vigoureuses.

Je suis dingue de tarte à la rhubarbe. La version la plus simple, juste des tiges et une migaine. Avec une pâte à tarte maison bien sûr !

Ce mélange sucré / acide…hummm….

2 –  Une formation au coaching

J’ai réalisé les 2 premiers modules de ma formation pour devenir coach chez Coaching Ways.

Une équipe de formateurs qui donnent tellement. Des échanges, des découvertes et des rencontres.

C’est perturbant, remuant, secouant et ça me permet d’aller plus loin explorer les recoins encore un peu en friche de mon intérieur.

Chaque training avec les autres participants me font progresser. 

Dès le mois de Juillet je pourrai commencer à coacher. 

 Je veux accompagner les femmes de plus de 45 ans qui ont une envie de reconversion professionnelle, celles qui ne veulent pas se contenter d’attendre la retraite. 

Ce projet me porte depuis des semaines et je travaille en ce moment sur mon futur site et mes prestations.

Alors la suite très très bientôt.

 

 

3 – Les photos de Mai

Un cadeau de fête des mères très GoT … qui m’a fait tellement plaisir. Les enfants ont eu leur propre idée et se sont débrouillés avec Mamie pour aller  le chercher. 

Bonheurs de mai 2019 - se souvenir des belles choses et des beaux moments - #blogmy50 #belleschoses #bonheursdumois #happiness #photosdumois #projetpro #coaching #springtime #printemps

Des fleurs, encore et toujours. 

Je crois que je passerai ma vie à photographier des fleurs.

Je ne suis pas fan de roses, car je les trouve trop arrogantes et prétentieuses, mais celle ci je l’aime.

Bonheurs de mai 2019 - se souvenir des belles choses et des beaux moments - #blogmy50 #belleschoses #bonheursdumois #happiness #photosdumois #projetpro #coaching #springtime #printemps

Un géranium qui sème ses pétales…

 

Bonheurs de mai 2019 - se souvenir des belles choses et des beaux moments - #blogmy50 #belleschoses #bonheursdumois #happiness #photosdumois #projetpro #coaching #springtime #printemps

Un canard rencontré au parc…

Bonheurs de mai 2019 - se souvenir des belles choses et des beaux moments - #blogmy50 #belleschoses #bonheursdumois #happiness #photosdumois #projetpro #coaching #springtime #printemps

Et un bel iris 

Bonheurs de mai 2019 - se souvenir des belles choses et des beaux moments - #blogmy50 #belleschoses #bonheursdumois #happiness #photosdumois #projetpro #coaching #springtime #printemps

 

 

That’s all… et c’est déjà pas mal  😃😃

Rendez-vous le mois prochain.

Fran

J’arrête les régimes.

J’arrête les régimes.

Oh là… Encore un post sur les grosses, les régimes et tout ça….

pffff… je sais je radote a little.

Mais que veux-tu, l’âge est là…. Et puis il parait que les sujets sur les régimes ça fait de l’audience. 🤔

Surtout, c’est un truc qui me colle et qui m’asticote, alors j’en parle.  Et pis c’est tout !

 

Quand j’ai commencé Blog my 50, j’étais en plein dans une phase “régime, j’y crois, je vais perdre 20kg”.

J’avais même fait un petit widget pour le suivi de l’atteinte de l’objectif. Tu sais un petit cercle tout joli qui se remplit en fonction du %.

Bref pour le nième fois de ma vie, je me persuadais que la vie serait bien mieux en moins grosse.

Que maigrir était un objectif de vie, voire une mission…  

Que tous mes problèmes, malêtre, soucis, envie de pipi et je ne sais quoi d’autre disparaîtraient quand j’aurais maigri.

 

Je suis grosse depuis toujours ou presque, je t’en ai déjà un peu parler.

Et depuis toujours, je pense que maigrir est un truc vraiment important à faire pour moi.

Et depuis toujours, je me dis que je suis nulle de ne pas y arriver,

Enfin, ça dépend.

J’y arrive, parfois, pour un temps.

J’y arrive des fois même super bien.

Dans ces cas là, c’est l’euphorie, je change de garde robe. Je dis que ceux qui n’arrivent pas à maigrir, vraiment, y font pas d’effort. Enfin je suis très conne.

Et puis les kilos reviennent.

 

Ils reviennent jusqu’à ce que je trouve un nouveau gourou assez convaincant pour me faire croire que , si, si c’est possible, avec sa méthode, de me débarrasser de mes kilos.

 

Le dernier en date : la luxopuncture.

J’y ai tellement méga cru que je voulais me former et en faire un side project dans un coin de mon garage !

Si si, j’te jure.

J’avais même appelé la boîte qui vend la machine pour me renseigner sur les tarifs de formation, les accompagnements et tout.

J’étais sûre d’avoir trouver LA nouvelle approche. Le truc qui allait sauver le monde de l’obésité. J’en parlais à tout le monde. J’y croyais à fond.

Comme quoi on peut croire au père noël ou à marraine la bonne fée pendant toute sa vie.

 

J’ai écris des articles.

J’ai joué avec mon widget

J’ai perdu 10 kg.

J’ai raconté ma vie à la petite jeune fille qui faisait les soins.

Et puis ….

 

Et puis, STOP, plus rien, marre, fait chier….

j’y arrive plus,

j’ai plus envie

je sature

 

Les compulsions alimentaires sont revenues à super grande vitesse.

CGV : compulsions grande vitesse

Rien à voir avec les conditions générale de ventes, quoique ….si on cherche bien.  Tous ces trucs qu’on arrive à nous convaincre d’acheter pour maigrir, sont les meilleurs potes de nos compulsions.

 

Prise de conscience.

Ma tête disait un truc et mon corps faisait autre chose. Mes émotions se sont mises à déborder de partout.

Un gros gros bordel un peu à tous les niveaux.

Mais le sentiment très très fort qu’il fallait que j’arrête ces conneries.

Que j’arrête de me mentir, de me faire croire. Je suis une grande fille maintenant, alors les licornes, je sais qu’elles n’existent pas en vrai.

Ouais, arrêter de me mentir. Me faire croire, me cacher derrière, m’arnaquer, me convaincre que….

Enfin tu vois ce que je veux dire. On le fait tous.

Parfois c’est sans conséquence.

Parfois on passe à côté de trucs géniaux.

Mais on fait tous ça, se mentir, parce que ça semble plus simple, moins douloureux. Plus simple que d’aller se coltiner avec des problèmes enfouis depuis perpet’ et qu’on n’a pas envie de voir flotter.

Et bé naan… ça marche pas.

 

Tant que je n’aurai pas trouvé mon pourquoi, je n’avancerai pas.

On a beaucoup de pourquoi.

Là je te parle du pourquoi je mange?

 

Dis… pourquoi tu manges ?

 

Pour me protéger.

Si, si je t’assure grossir rend invisible et protège du regard de l’autre. Pourtant dieu sait qu’on le souhaite et qu’on le désire le regard de l’autre.

Enfin je croyais ça. Sauf qu’un gros merdier d’enfance a un peu beaucoup biaisé ma relation à l’autre. Alors le plus simple, c’était d’être invisible. C’était confort.

Si on ne te voit pas, on ne risque pas de te faire de mal.

 

Pour être forte.

Forte pour porter toute la misère du monde qu’une bonne cocotte doit porter. Car sinon, qu’est qu’ils vont dire les autres ?

si tu ne vas pas manger chez mamie le dimanche

si tu n’appelles pas maman chaque semaine

si tu n’accompagnes pas les enfants en sortie scolaire

si tu n‘écoutes pas les plaintes et lamentations des copines

si tu ….

 

Pour lutter contre le stress ou l’ennui, voire le stress de l’ennui.

Le stress d’un boulot vide de sens qui t’essore jusqu’à la dernière goutte. Ou l’ennui d’un autre boulot vide de valeur, où tu finis par devenir toxique pour toi même.

Mais bon, trouver son pourquoi c’est sympa comme idée, mais c’est compliqué.

Parce que tu vois, il y en a pas mal des pourquoi.

Il faut les bosser, les analyser, les retourner, les peser, les confronter. Enfin c’est un gros gros boulot. Long et un peu pénible aussi. Alors tu t’y mets et puis tu défriches un peu, tu avances. Et tu te rends compte que ça ne va pas se résoudre comme ça, pschitt….

 

Alors en attendant, tu fais quoi avec tes kilos ?

 

Tu les aimes tes kilos !

T’apprends à aimer tes kilos dans tous les cas, dans toutes les situations et TOUT DE SUITE.

Arrêter de se dire que je serais mieux  quand….

Si seulement j’avais ou j’étais….

Je suis déjà très bien comme ça.

Le mieux, why not ?  Mais sans souffrance et sans contrainte (ou a minima).

Le mieux doit être la cerise  sur le gâteau. Pas une quête impossible à mener et frustrante.

 

Le chemin est long et un peu compliqué. Il y a des sorties de route mais franchement ça vaut le coup. Plus j’avance et plus le paysage est riche.

 

Trouver mon poids idéal

Ce n’est certainement pas celui que calcule la formule qui va bien sur internet.

Je ne le connais pas encore, mais ça me semble un bon objectif à atteindre.

Comment je le reconnaîtrai ce poids idéal ?

Intuition

Je le saurai, je le sentirai.

 

Ecoute-toi !

Dans s’aimer, il y a s’écouter.

S’écouter quand la pulsion, monte, arrive, palpite, te rend dingue, t’obnubile.

En prendre conscience

Prendre le temps de se poser, de l’accueillir cette pulsion, de la comprendre et de la laisser passer.

OK facile à dire. Quand ça fait 40 ans que tu y cèdes à tes pulsions !

Du coup je lui ai donné un nom. Genre je l’apprivoise, tu vois. Mes pulsions s’appellent Jane.

 

Alors quand Jane me tombe dessus….J’essaie de trouver quelle émotion est là, sous jacente.

Quelle émotion provoque ce truc tout pourri ?

Et ensuite, d’où vient cette émotion ? de quel besoin non comblé ?

C’est ça aller chercher le pourquoi.

 

Une fois que tu l’as identifié ce besoin : il faut l’exprimer

 

Pas facile de l’identifier parce que tu as bien appris à tout enfouir et tu n’as pas l’habitude d’aller farfouiller par là au départ.

Mais avec un  peu de persévérance et d’entrainement ça vient de plus en plus vite. C’est un peu abrasif. Mais tu te sens tellement . Je t’assure.

 

Pour ce qui est de l’exprimer ce foutu besoin que tu viens de trouver, genre une clé de Fort Boyard, que tu as réussi à attraper à la dernière seconde avant que la porte de ton intuition ne se referme.

Là encore un gros souci quand ça fait des années que tu attends que les autres devinent !!

En fait tu oscilles en permanence entre “je suis nulle personne n’en a rien à foutre de moi” et “pourquoi ils voient pas de quoi  j’ai besoin ces cons”.

C’est totalement contradictoire, mais qui a dit qu’on devait toujours être cohérente !  En tout cas, c’est surtout archi stérile et peu constructif d’une meilleure moi même.

 

C’est compliqué ?

chiant ?

Je me fais des nœuds ?

 

Peut être….

 

Mais un truc est sûr, c’est que les jours où je m’aime, c’est juste….ouah…..

 

Alors c’est décidé, j’arrête les régimes. J’essaie de faire cop-copine avec Jane. Et t’inquiète pas, je reviendrai t’en parler un de ces jours prochains.

 

Les bonheurs du mois – #6 – Avril 2019

Les bonheurs du mois – #6 – Avril 2019

Avril… enfin.

Le mois où le soleil commence à nous chauffer (enfin pour ceux qui habitent dans des contrées nordiques). Le mois où on tente les premiers repas dehors. On ressort les tables de jardin.

Avril, on se découvre de tous nos fils dès qu’on peut.

Quel plaisir de sentir ce soleil encore un peu bas te caresser la peau. Il ne rôtit pas encore, juste une douceur, un plaisir.

Avril est souvent le mois de envies de changement, des décisions. Cette année encore., de belles choses se sont lancées sur ce mois d’Avril.

Aussi le retour de GoT, mais impossible d’en parler sans spoiler ! Alors chuuutt….🤐

1 – Mon grand

 

Mon fils a eu 15 ans ce 1er avril. 🚶‍♂🚶‍♂

15 ans et 12 ados à la maison, 12 paires de basket en 41 et plus, 12 appareils dentaires, 12 rires qui déraillent encore un peu par moment

15 ans et un énorme marbré au chocolat maison englouti en 2 secondes 1/2.

15 ans que je te vois grandir et devenir un homme mon chéri.

15 ans que je m’inquiète

15 ans que je crève de fierté

15 ans que tu m’épates

15 ans que je suis une mère

15 ans que je t’aime

2 –  Mon avenir

 

A y est… j’ai trouvé ma formation. 👩‍🎓

Je travaille depuis quelques temps sur un side project  pour me sortir de la tristesse de mon boulot actuel, qui se vide de sens comme un siphon qu’on débouche ! Un peu dégueu comme métaphore, mais c’est ce qui m’est venu spontanément !

Le seul truc qui me motive pour aller bosser chaque matin, c’est la relation avec les personnes de mon équipe. C’est d’être là pour elles (il n’y a que des femmes), pour les accompagner, pour les faire progresser en fonction de leurs possibilités.

Je ne suis jamais aussi bien dans mon job (en ce moment en tout cas), que lorsque je les conduis dans le changement. J’ai le sentiment d’avoir ma petite lanterne et de guider chacune sur son chemin. Ca fait présomptueux et mystique dit comme ça, mais c’est ainsi !

Je commence ma formation de coach dans 2 jours chez Coaching Ways. Je suis excitée  et pressée de me lancer dans cette aventure. Je sais que ça va secouer dans tous les sens. Mais j’ai hâte….

C’est le grand grand bonheur des mois à venir.

3 – Une séance photos

Ma relation avec mon corps est compliquée. Très compliquée.

Je sais maintenant pourquoi et je travaille à me réconcilier avec lui (mais ce n’est pas l’objet de l’article !)

Je suis en gros progrès mais faire des photos reste, pour moi, une sortie de zone de confort importante.

Je me projette déjà à la fin de ma formation de coach et je rêve de mon site web. L’offre, les couleurs, la charte graphique, les articles, la landing page etc…. tout ça se construit tranquillement dans un coin de mon crâne et sur mon carnet spécial “side project de Fran”.

Parmis tous ces contenus, il y a les photos.

Hé, hé…. ce projet me tient trop à coeur pour y mettre des selfies une peu pourris pris dans ma cuisine ou mon jardin.

Alors j’ai demandé à un copain photographe de me faire une séance photo.

Il était 10h du mat’, donc difficile d’attaquer l’alcool à cette heure là !

Ca a été vraiment très difficile. C’est marrant de voir l’évolution de l’expression au fil des minutes : de super crispée à à peu près normale ! Jamais vraiment détendue, mais bon …

Je suis contente de moi et de cette expérience, même si c’était très très inconfortable.

4 – Les photos d’Avril

Des tulipes qui font ruisseler la pluie avec beaucoup de grâce.

Bonheurs d'avril 2019 - se souvenir des belles choses et des beaux moments - #blogmy50 #belleschoses #bonheursdumois #happiness #photosdumois #projetpro #coaching #springtime #printemps

Des fleurs d’arbres fruitiers.

Poirier avec les étamines noires, très chic je trouve .

Pommier avec des boutons roses qui s’ouvrent en fleurs blanches.

Bonheurs d'avril 2019 - se souvenir des belles choses et des beaux moments - #blogmy50 #belleschoses #bonheursdumois #happiness #photosdumois #projetpro #coaching #springtime #printemps

 

 

 

Bonheurs d'avril 2019 - se souvenir des belles choses et des beaux moments - #blogmy50 #belleschoses #bonheursdumois #happiness #photosdumois #projetpro #coaching #springtime #printemps

Et puis ma super copine, la tondeuse.

Toujours très heureuse de la retrouver, même si dans quelques semaines je sais que le plaisir va se transformer en corvée 

 

Bonheurs d'avril 2019 - se souvenir des belles choses et des beaux moments - #blogmy50 #belleschoses #bonheursdumois #happiness #photosdumois #projetpro #coaching #springtime #printemps

Ce mois d’Avril a été riche de belles soirées d’anniversaire au resto.

Mon bougainvillée refait des fleurs après 2 ans d’abandon. Il est très persévérant !

Bonheurs d'avril 2019 - se souvenir des belles choses et des beaux moments - #blogmy50 #belleschoses #bonheursdumois #happiness #photosdumois #projetpro #coaching #springtime #printemps

That’s all… et c’est déjà pas mal  😃😃

Rendez-vous le mois prochain.

Fran

Lettre à … mon estomac.

Lettre à … mon estomac.

 

Pourquoi je mange ?

Manger est un truc super naturel.

Nécessaire même…

Indispensable pour vivre.

Toutes les choses vivantes se nourrissent. Les plantes, les insectes, les animaux…

Pour la plupart, la quête de nourriture occupe la majeure partie de leur temps, avec la reproduction ! Ok, j’ai une vision un peu triviale du monde animal, mais manger, baiser reste la base non ?

Une vache va brouter toute la journée pour se nourrir correctement.

Le panda géant va s’enfiler des kilos de bambous.

La lionne va se taper une petite antilope à l’apéro. Mais bon, elle aura bien couru avant, donc elle aura mérité !

 

On mange pour que notre corps fonctionne correctement.

Je me relis et j’ai une petite pensée pour ma prof de prépa qui aurait hurlé devant l’utilisation de ce « pour » anthropomorphique, que j’aurai vite corrigé en « ce qui permet de ». Comme quoi il y a des gens qui te marque à vie. Je te laisse donner le sens que tu veux à « marque ». Hé hé !

Glucides, lipides, protéines, vitamines, toussa toussa. On nourrit son cerveau, ses muscles, on fabrique des cellules.

Comme tu le sais si tu me lis de temps en temps, la relation à la nourriture est une des histoires de ma vie. Pas la seule, mais quand même, une relation bien passionnelle avec des crises, des réconciliations, des hauts, des bas, des “demain j’arrête”, des “je t’aime moi non plus”…

Quand une relation te pourrit la vie et que tu en prends conscience, tu prends tes distances ou tu stoppes carrément. Sur le moment, c’est douloureux, puis tu fais ton deuil et tu construis de nouvelles relations.

Le souci avec la bouffe, c’est que tu ne peux pas dire : “C’est bon j’arrête. C’est trop toxique pour moi”. J’enlève l’option « alimentation » de mon corps. Je vais dans les paramètres et je décoche.

Ah ce serait tellement facile comme ça… mais ce serait tellement chiant aussi .

Bah non…vu que c’est juste nécessaire à ta survie . CQFD avec mon intro WWF.

Mais si tu ne peux pas arrêter de manger, tu peux bosser ta relation à la nourriture. La faire évoluer, en construire une nouvelle, sur des bases différentes.

Pour cela, j’ai décidé d’écrire une lettre à mon estomac. Histoire de clarifier notre cohabitation. 

 

 

 Mon cher estomac,

je prends enfin le temps de m’adresser à toi.

Enfin, oui…

Nous vivons ensemble depuis longtemps et je n’ai jamais pris la peine de te parler.

Pourtant tu es de bonne composition.

Tu supportes toutes mes humeurs.

Toutes mes  sautes d’humeur.

Sans rechigner

Tu absorbes tout, toujours.

C’est peut être de là que vient le problème.

Tu absorbes sans rien dire, rien manifester. Alors je t’oublie, je ne pense jamais à toi. C’est souvent comme ça dans la vie. Moins tu fais de bruit et moins tu attires l’attention. Parfois c’est bien confortable. Mais parfois on t’oublie un peu vite.

Aujourd’hui, cette lettre est pour toi. Uniquement pour toi.

 

 

Cher estomac donc…

Tu supportes les repas de famille

Tu sais ces moments où tu arrives tout noué, tellement je n’ai pas envie d’être là !

Enfin ça dépend un peu de la famille quand même. Laissons un léger doute planer. On ne sait jamais, si ma belle mère lit ce post, qu’elle ne croit pas que je m’adresse à elle. Ah bah non… ma belle mère ne sait pas envoyer de sms et n’a pas internet. C’est bon, on peut y aller !

Mais si ! Rappelle toi !

Tu es tout contracté et replié sur toi même.

Et ensuite, je t’envoie une grosse dose d’alcool et de choses apéritives en tout genre. A partir de là, tu te dénoues un peu. En général quand on passe à table, tu me signales que c’est ok. T’es full.

Mais je ne t’écoute pas. Comme tous les autres convives, je continue à te gaver avec ennui et application.

Pourquoi ?

Oui, je suis d’accord c’est complètement con.

Pourquoi alors ? Parce qu’on m’a élevé comme ça. J’ai beau lutter contre, limiter au maximum ce genre d’occasion, il y en a encore.

Parce que ce sont des moments tellement difficiles pour moi, que boire et manger aide à porter ce poids.

Bon promis, la prochaine fois je t’écouterai un peu plus. Le problème, c’est que si je ne mange pas , je vais m’ennuyer encore plus ou dire des choses qu’il ne faut pas.😮

 

 

 

Cher estomac …

Tu supportes tous mes régimes

 

Tu as remarqué, à chaque fois, on retrouve les mêmes 3 phases :

L’enthousiasme du début

En général, je viens de faire un chèque, alors j’y crois à fond.

Tu remarqueras aussi que c’est toujours un lundi. Car personne ne commence jamais un régime un mardi ou un dimanche. Non non, c’est le lundi. Ce n’est écrit nulle part, mais tout le monde fait comme ça.

Résultat en fin de journée de ce fameux lundi, tu protestes vigoureusement car le volume ingéré a brutalement et drastiquement chuté. D’autant plus que la veille, on s’est bien goinfré en prévision.

Mais tu finis par t’y habituer. Tu te resserres et tu t’adaptes.

Tu es formidable. Pas rancunier, rien.

 

Ensuite, nous abordons

La phase des petites entorses au régime

Allez… un carré de chocolat… dans la journée, c’est rien.

Je n’ai pas faim, tu ne réclames rien, toi mon estomac. Tu es raisonnable.

Mais mon cerveau, frustré depuis des semaines/ jours, devient très insistant. Alors, allons-y pour un carré. Du chocolat noir, 70% en plus, du Valhrona même. Rien de mal. Limite c’est  bon pour mon taux de magnésium. Car avec les régimes, faut faire gaffe aux carences! 😉 T’es pas d’accord ?

 

Et puis, nous finissons toujours, à plus ou moins long terme, par arriver à

La phase de gavage (#jefaismonfoiegrasmoimême)

La phase où tout mon corps se venge de ses privations.

Le cerveau disjoncte complètement et donne des consignes ahurissantes. Si, c’est bon le Nutella avec le Brie sur un pancake.

Avec ces arrivées massives de sucre, l’hypoglycémie se ramène à fond de train. Alors encore obligée de manger, sinon je vais me trouver mal.

ET toi, cher estomac, tu ne réclamais rien pourtant.

Tu t’y étais fait à ne rien manger. Tu ne gargouillait même plus.

Et voilà qu’on t’envoie la tablette de chocolat entière cette fois-ci.

Ouf… un peu lourd quand même.

Mais bon, tu gères.

Tu es vraiment très très compréhensif avec moi.

 

 

Cher estomac, comme tu a du t’en rendre compte depuis ces années,

Je mange mes émotions

 

Alors là, I’m the best. 💪💪

S’il y a un domaine où j’excelle, c’est là !

Je suis triste, je mange

Je suis stressée, je mange

Je suis heureuse, je mange (et je bois en plus ! ☺)

Je suis angoissée, je mange

Je m’ennuie, je mange…

La réponse à tous les sentiments est : “je mange”

Et comme des sentiments, j’en ai beaucoup ….. tu vois le résultat. 😵

J’ai des copines, qui, dès qu’elles ont un souci, ne peuvent plus rien avaler. Ventre noué, pas faim, pas envie. Un verre d’eau, un demi yaourt et elles sont gavées.

Je les envie presque !!

Pas d’être malheureuses ou d’avoir des soucis, mais d’avoir un corps et un cerveau qui réagissent de cette façon.

Mon corps, c’est tout le contraire.

Dès qu’il se passe quelque chose, il mange.

Je parle de lui à la 3ème personne parce que j’ai vraiment l’impression qu’il a sa vie propre dans ces cas là.

Ma raison analyse, ma raison sait que je n’ai pas besoin de manger, que je n’ai pas faim. Que c’est mal !!!!!

Mais mon corps s’en fout, n’écoute pas.

Lui il se remplit. Beaucoup, trop, bien au delà de toute notion de satiété.

Il ne s’écoute même pas lui même.

De kilos émotions on dit !

C’est déjà bien de les identifier.

 

Mon cher estomac

Je mange parce que je suis à table

L’éducation !

Tu viens à table !

Tu finis ton assiette !

Tu ne manges pas entre les repas !

Bref, des tas d’injonctions qui nous ont été assénées pendant des années.

Injonctions qui te disent qu’il faut manger 3 fois par jour, avec à la rigueur une collation pour le goûter.

Ton corps n’a peut être pas du tout besoin de ce rythme là !

Quand je regarde mon chat : il rentre 10 fois par jour pour manger 2 croquettes et demi. Ensuite il retourne  garder son territoire entre les pivoines et le saule. Il est loin d’être obèse mon Norbert !

Donc pourquoi, ne pas adopter le rythme qui nous convient ?

Si je crève la dalle à 17h, pourquoi attendre 20h pour dîner ?

Objectivement : aucune raison, sauf  mon éducation et mes croyances.

 

Cher estomac,

un jour plus difficile qu’un autre, tu t’es retrouvé avec tout un mélange vraiment pas sympa à ingurgiter. Moi je m’en rappellerai toute ma vie.

Tu as tenu le choc. Une fois encore.

 

Alors cher estomac,

merci d’être là, fidèle au poste quoiqu’il arrive,

de ne pas juger,

de faire de ton mieux.

Je vais penser un peu plus à toi.

Je vais prendre soin de toi … et de moi.

Notre aventure alimentaire va continuer. Et je ne te promets rien sur de nouvelles dérives ou de nouveaux excès. Mais je vais faire de mon mieux !

 

 

 

Les états d’esprits du vendredi 12/04/2019

Les états d’esprits du vendredi 12/04/2019

C’est vendredi et c’est le rdv des EEV de Zénopia, le précédent est ici.

C’est quoi : les états d’esprit du vendredi, c’est une balade dans ta tête.

Pour participer, hyper simple : tu remplis le questionnaire ci-dessous et tu laisses  un commentaire chez Zénopia, avec le lien de ton article.

Alors c’est parti .

[Vendredi 12 Avril 2019]

[heure de début : 08h42]

Fatigue : Non, plutôt en forme. 

Humeur : Au top! J’ai enfin trouver la formation de coach que je cherchais. Cerise sur le gâteau elle démarre tout de suite ou presque !!! J’ai hâte, j’ai hâte, comme un gamine avec son nouveau cartable la veille de la rentrée !

Estomac : Je prends soin de lui. J’ai découvert la Quotidienne de Mangeuse Libre un message tous les matin pour t’aider à décrypter et comprendre ton comportement alimentaire.  

Condition physique : Reprise du Pilate en douceur. 

Culture : Engrenages S7 toujours. Cette saison est vraiment une des meilleures. Moins noire que la précédente. Des actrices magnifiques. Je suis dingue d’Audrey Fleurot.

Musique : Rock, Toxicity en boucle

Boulot : Boulot officiel en grosse crise, mais je me détache de plu en plus. J’attaque ma formation de coach dans quelques jours. 😆😆😆

Penser à aller chercher de l’huile pour la tondeuse. 

Avis perso : pour la première fois j’ai un projet avec lequel je suis complètement alignée. Quel kif ! 

Msg perso : On va y arriver Valérie ! C’est sûr de sûr !!

Loulou n°1 : en vacances avec pour devoir de français : regarder Westworld et Blade Runner. Attends chéri je vais t’aider !!!

Loulou n° 2 : on holliday avec sa Switch !

Amitié : de beaux échanges, merci Valérie, Virginie pour votre écoute et votre soutien. 💕💕

Love : très joli dîner au resto jeudi, un moment délicieux

Courses : à part l’huile pour la tondeuse je ne vois pas !! des oeufs et des fraises peut être.😉

Sorties : resto cette semaine et we calme sous un froid soleil : ballade en vélo à venir.

Essentiel : y croire, avoir confiance

Envie de : juste profitez…m’aimer…

 

Fran

[fin 09h02]